Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

échanges de conversations : français -italien

Publié le par alphalearning

Vous connaissez autour de vous des italiens qui souhaitent améliorer gratuitement le français dans le cadre d'échanges de conversations italiens -français . Faites les nous connaître et vous gagnerez un cadeau ( au choix un CD de musique favorisant l'apprentissage accéléré ou un heure de cours de langue  gratuite )

Le principe les personnes s'aident mutuellement , la moitié du temps dans chaque langue

contact : alphalearning@yahoo.fr

 

les langues d italie

 

cette illustration vous dirige vers  le portail des langues de la méditérannèe

http://portal-lem.com/

Partager cet article

Repost 0

Mariage du Prince William avec Kate Middleton: incidence sur les cours

Publié le par alphalearning

Le 29 avril 2011 , sera jour férié en Grande Bretagne à l'occasion du mariage du  Prince William et de  Kate Middleton . Pour les séjours linguistiques  qui se situeront à cette période , vous devrez intégrer qu'il n'y aura pas de cours

 

prince_william_kate_middleton.jpg

Partager cet article

Repost 0

IMMERSION LINGUISTIQUE CHEZ LE PROFESSEUR tarifs 2011

Publié le par alphalearning

Les tarifs 2011 pour l'immersion linguistique chez le professeurs sont disponibles sur demande à alphalearning@yahoo.fr . Pour toute réservation faites en décembre nous offrons les frais de dossiers  (50 euros) . Et pour les personnes souhaitant coupler les cours Alphalearning a distance et l'immersion chez le professeur nous offrons une ristourne de 15% sur le prix des cours alphalearning et sur la location ou l'achat des synthétiseurs binauraux permettant d'optimiser le surapprentissage  en vous plaçant rapidement sur le rythme alpha du cerveau pendant la phase d'apprentissage . Cette réduction est valable pour l'anglais ( en Angleterre , Ecosse , Irlande, Malte , Canada , Etats-Unis , Australie et Afrique du Sud , ) , pour l'allemand ( en Allemagne , Suisse et Autriche) , en Italie pour l'italien , et en Espagne pour l'espagnol

Partager cet article

Repost 0

le Yoga à l'Ecole

Publié le par alphalearning

Reproduction d'un article paru dans le magazine Nouvelles clés sur le Yoga à l'école  avec Micheline Flak . Elle fut l'une des premières a utiliser la suggestopédie en France lors d'une expérience mené au Lycée Condorcet à Paris

 

 

Le yoga vise avant tout à développer l’attention. Les enseignants rêvaient depuis longtemps de connaître les clefs de la Parole, de pouvoir générer une écoute essentielle et profonde. Ce souhait trouve désormais un début de réalisation grâce à l’entreprise pédagogique du RYE, le Centre de Recherche sur le Yoga dans l’Education. Forte d’une longue et solide expérience de professeur d’anglais et de yoga, Micheline Flak œuvre depuis de nombreuses années à ce que les techniques de yoga, favorisant l’attention et la concentration, soient progressivement introduites dans le cadre du système scolaire. Spécialiste qualifiée des techniques de relaxation profonde, Micheline Flak a organisé depuis 1983 des Forums de Pédagogie. Cette expérience novatrice, positive aussi bien pour les élèves que pour les enseignants, prend ses sources dans les techniques traditionnelles. Dans l’entretien qui suit, elle nous donne son point de vue sur l’apport du yoga à l’éducation. L’introduction des techniques de yoga dans les écoles apporte une contribution subtile et profonde à l’évolution qualitative de l’enseignement.

Propos recueillis par Marc Questin

Nouvelles Clés : Micheline Flak, vous avez fondé le RYE et depuis 1978 vous travaillez sur certaines techniques de yoga dans le cadre de l’Education nationale. Pourriez-vous nous préciser votre objectif ?

Micheline Flak : L’Éducation nationale est assez vaste pour accueillir des formes d’enseignement diversifiées qui peuvent surprendre. Vous avez rappelé très justement que le RYE existe depuis onze ans. Sa date de fondation officielle (loi 1901) date de cette époque, mais bien avant nous avions pris l’habitude de nous réunir régulièrement avec quelques collègues pour réfléchir sur les moyens d’aider les enfants à faire attention. Cela semble tout à fait anodin mais faire acte d’attention est la grande affaire du yoga et des disciplines associées alors qu’en Occident on se contente de répéter" faites attention ! ", " écoutez-moi bien, les enfants ! ", comme s’il était simple d’effectuer cet effort. Or cela exige une éducation. Le développement de la mémoire est une entreprise et le yoga a une très longue expérience des techniques et des moyens à mettre en oeuvre pour rendre le mental actif, et je dirais même pour le rendre réceptif, ce qui est essentiel dans l’apprentissage. On remarque aujourd’hui que les enfants ont des cervelles " comme des passoires ", que ce qui " rentre par une oreille sort par l’autre ". Et on n’a pas fait assez d’études sur les modifications qui surviennent dans le mental lorsqu’on est soumis aux effets du stress. On sait bien, par exemple, que les personnes déprimées ont des pertes de vigilance, d’attention, qu’elles sont plus sujettes aux accidents, du fait de leur inattention. Il s’agit-Ià d’un comportement pathologique. Mais le manque d’attention est un phénomène courant qui touche chacun et particulièrement les jeunes.

N. C. : L’enfant qui pratiquerait certains exercices de yoga pour cultiver son attention développerait donc une certaine protection, un certain détachement vis-à-vis des tentations du monde moderne ?

M.F. : Je le pense. Je fais partie d’une association qui s’occupe de la télévision et de ses effets sur l’esprit des jeunes. Un enfant de douze ans passe plus d’heures devant sa télévision que devant ses leçons et devoirs. C’est bien sûr le contraire d’une assise silencieuse. J’en ai fait l’expérience. Il existe des techniques réparatrices qui peuvent être apprises à l’école ; elles permettent aux enfants de jeter en eux les graines de nouveaux comportements qui les aideront à gérer une manière plus juste d’être et de se divertir.

N. C. : Quelle part faites-vous au corps et de quel oeil vos collègues d’éducation physique regardent-ils votre entreprise ?

M.F. : Cette relation est assez ambiguë. Le yoga est curieusement perçu en Occident. On le conçoit trop souvent sous les effets du seul hatha-yoga. Donc, nous apparaissons souvent aux professeurs d’éducation physique comme des rivaux. Mais pour nous, lorsque nous disons le mot yoga, nous pensons au yoga mental. C’est la forme de yoga en fait qui nous intéresse le plus à l’école, car nous avons affaire à des enfants qui sont limités à un espace très restreint et qui sont assis. Le yoga ne peut se pratiquer qu’entre tables et chaises. Mais on peut s’étirer, apprendre à s’asseoir correctement, à faire une bascule du bassin qui garantisse la santé des lombaires. On peut : apprendre à bailler..., quand on sort d’une interrogation écrite... Les exercices du type respiratoire sont les plus importants. S’y ajoutent égaIement des exercices du type relaxation, dans la position assise. Quant aux étirements, ils représentent 30 ou 40 % du yoga que nous pratiquons en classe.

N. C. : Vous avez également travaillé le yoga irano-égyptien ?

M.F. : Oui, par l’intermédiaire de Jacques de Coulon, un co-fondateur du RYE qui a été formé aux techniques de yoga égyptien. Nous avons puisé à toutes les formes de yoga, et pas seulement dans le yoga indien.

N. C. : En tant que professeur d’anglais, vous enseignez une langue étrangère et vous vous êtes intéressée à la suggestopédie. Quelle est votre expérience, par rapport à l’apprentissage des langues, de la relation entre le travail du souffle et la mémoire ?

M.F. : La suggestopédie a des rapports évidents avec le yoga à l’école. Son fondateur, Lozanov, est un psychologue bulgare de grande qualité qui a séjourné très longtemps en Inde. Il s’intéresse beaucoup au yoga, qui l’a influencé, au point que certaines techniques qu’il utilise sont vraiment très proches des nôtres. Il semble que dans les techniques qu’il a mises au point et qu’il utilise en Bulgarie, il attache une grande importance à la relation entre l’état du mental, l’état d’attention et les phases respiratoires. Mais dans les formes actuelles de son enseignement, on se sert de la musique, des concerts, de la détente, et il n’est pas fait appel au yoga en tant que tel. Pour ma part, enseignante à l’Éducation nationale, je suis particulièrement consciente de la difficulté que pose l’introduction de ce terme de suggestopédie comme de celui du mot yoga. Nous sommes plus attachés à la chose qu’au mot : les exercices de recentrage, de relaxation, d’étirements... Nous sommes des enseignants qui voulons adapter l’essentiel tout en se référant toujours à des sources traditionnelles testées par le temps. Nous connaissons les sources sanscrites sans qu’il soit indispensable de les nommer.

N. C. : Au sein du RYE, vous formez également les professeurs à ces techniques ?

M.F. : Nous avons une formation en deux ans, avec des degrés ultérieurs d’approfondissement. On enseigne, la première année, le développement sensori-moteur, de manière à élargir chez les enfants une attention auditive, visuelle, tactile, une attention fondée sur une bonne gestion des énergies corporelles. Dans la deuxième année, le RYE apprend aux enseignants à faire eux-mêmes référence à la tradition, au raja-yoga, et à créer eux-mêmes, pour leur usage en classe, des exercices adaptés.

N. C. : Le raja-yoga est-il bien la source principale ?

M.F. : Oui, essentiellement. Raja-yoga veut dire yoga royal. Dans la mesure où aujourd’hui on parle beaucoup de psychosomatique, on sait très bien que, préalablement à la maladie, il y a une certaine attitude émotionnelle ou mentale. On ne peut pas changer le fait que notre enseignement soit hyperintellectualisé. Il vaut mieux mettre l’intellect en état de fonctionner le mieux possible. Je pense qu’il serait utile d’apprendre les lois de l’hygiène mentale car on connaît mal, en Occident, quelle est la meilleure façon de récupérer d’une fatigue nerveuse. Sur quel support l’esprit pourra-t-il s’allonger, comme le corps s’allonge sur le sol ? C’est depuis fort longtemps qu’on s’occupe de trouver la manière de reposer l’esprit. Les recherches de neuro-physiologie, neuro-pédagogie, par exemple les travaux d’Hélène Trocmé-Fabre, en France, ont montré que le cerveau s’imprègne des connaissances qu’on lui apporte, d’autant mieux qu’après un cours ou une leçon il y aura un bref moment de relaxation. Les bons professeurs ont toujours apporté une petite note de gaîté ou de détente après un cours difficile. La relaxation favorise la fixation des connaissances.

N. C. : Avez-vous déjà constaté une amélioration de l’état de santé de certains de vos élèves ?

M.F. : Nous nous sommes aperçus, en interrogeant les élèves, qu’une immense majorité avait du mal à s’endormir le soir. Par suite d’une suractivation du système sympathique, entraînée par le mode de vie, le stress, les films vus avant de se coucher. Je propose aux jeunes de prolonger le soir dans leur lit les exercices faits en classe. Sur le dos, dans leur lit, ils doivent faire une respiration qui insiste sur la lenteur de l’expiration. Nombre d’élèves m’ont dit avoir mieux réussi à s’endormir ensuite. Cela pourrait servir aussi à bien des adultes !

N. C. : Utilisez-vous des méthodes de yoga nidra ?

M.F. : La caractéristique et l’efficacité du yoga nidra, yoga nidra voulant dire yoga du sommeil - on pourrait dire aussi le yoga de l’éveil - c’est une forme de relaxation profonde dont la spécificité est la rotation de la conscience dans les différentes parties du corps. C’est-à-dire une prise de conscience corporelle systématique des parties du corps. Le retour dans la sensation du corps est absolument essentielle à l’équilibre. Plus un être humain est conscient de ses racines, plus il est à même de développer son potentiel. A l’école, je ne parIerai pas de yoga nidra, mais je parlerai de prise de conscience du corps, du souffle, des mécanismes du mental et de la mémoire.

N. C. : Comment concevez-vous la notion d’équilibre chez l’enfant ?

M.F. : L’Occident ne le sait pas très bien. L’éducation doit permettre à un être humain de découvrir les territoires immenses qui sont en lui et en particulier les zones de créativité. En favorisant le regard intérieur, on développe la concentration, certes, mais aussi la confiance en soi. Par là on amènera certaines élèves à mieux se connaître, à mieux gérer leur potentiel. On a semé des graines d’équilibre qui s’épanouiront en comportement d’autonomie.

N. C. : N’y a-t-il pas un rapport entre votre pédagogie et les idées de Rudolf Steiner, de Célestin Freinet ou de Maria Montessori ?

M.F. : Tout à fait ! Je crois que les novateurs sont toujours revenus aux mêmes principes oubliés. L’être humain n’est pas seulement un intellect. Me revient à l’esprit cette phrase célèbre de Thoreau : « Un homme pense aussi avec ses bras et ses jambes, et pas seulement avec son cerveau. Nous avons quelque peu exagéré l’importance du quartier général. »

Il y a de grandes relations entre le retour à soi que nous préconisons avec le retour à l’éducation artistique que nous favorisons beaucoup au RYE. La musique, le dessin, le théâtre, l’expression corporelle » tout ce qui remet à l’honneur la manifestation de l’être total » de la gestuelle » de l’élocution » tout cela entre dans notre réflexion et notre pratique.

N. C. : Avez-vous travaillé sur la spécificité des hémisphères cérébraux ? Je pense, en disant cela, au livre de Swami Satyananda sur la respiration du cerveau, le swara yoga.

M.F. : C’est en effet l’un des sujets les plus étonnants qu’il nous ait été donné de vivre ces dernières années, voir la concomitance entre les recherches sur le cerveau et les données immémoriales du yoga. Roger Sperry, qui a eu le Prix Nobel en 1973 pour ses recherches sur la spécificité des hémisphères cérébraux, a fait des découvertes qui peuvent être mises en parallèle avec les multiples exercices en polarité droite/ gauche, haut/bas, arrière/ avant, du yoga, sans oublier la célèbre respiration alternée qui évoque les exercices de santé taoïstes. L’intelligence véritable, qu’elle soit du corps ou de l’esprit, procède d’un dosage exact entre ces deux énergies. On est émerveillé de voir que les Anciens avaient découvert la nécessité d’une éducation holistique qui permet à un individu d’augmenter, si je peux dire, son niveau de vie et j’oserai ajouter que la plupart des individus, même bardés de diplômes, vivent à un niveau énergétique à peine équivalent du SMIG. L’appréciation des fines valeurs de la vie n’est pas proportionnelle aux revenus financiers. De même le niveau de conscience d’un élève influe énormément sur la qualité de son apprentissage. Certains réputés « faibles » font un bond en avant quand ils ont la possibilité d’utiliser d’autres paramètres sensoriels que l’ouïe ou la vue. On apprend vraiment bien avec tout son corps.

N. C. : Dans quelle mesure utilisez-vous le mantra ?

M.F. : Nous voulons que les enseignants soient au faîte de la réalité de la tradition. Nous avons noté que le mantra se fondait sur la répétition d’un même phonème. Comme le faisait remarquer avec beaucoup d’humour Krishnamurti, si on fait répéter à quelqu’un « Coca-Cola, Coca-Cola, Coca-Cola... » ses ondes cérébrales sont calmées ! Cela recoupe très facilement I’habitude qu’ont les enfants, qu’ils perdent en grandissant, de répéter continûment un même mot qui les a frappés. Lorsque nous apprenons des choses aux élèves, nous savons que la répétition est extrêmement efficace. Nous nous servons des connaissances traditionnelles mais nous ne confondons pas le mantra avec le travail de classe.

N. C. : Quel est le vœu que vous formuleriez pour l’avenir et la juste évolution du RYE ?

M.F. : Il me semble que le RYE gagnera de plus en plus d’audience par le fait qu’il est un groupe de réflexion sur les rapports qui existent entre la tradition et la science contemporaine. L’avenir de l’apprentissage réside dans l’adaptation des dernières découvertes en neuropédagogie et nous travaillons avec des hercheurs au plan international. Notre recherche crée un courant européen » original et porteur. Il existe une tradition d’éducation en Europe qui donne sa place au respect des racines communes. Il nous manque une politique qui maintienne vivante la créativité sous des aspects divers. Je pense qu’il existe des formes de spiritualité moderne, qui ne portent même pas ce nom. Elles consistent à se mettre à l’écoute de la Terre, de la nature et du cosmos, mais dans leurs rapports avec notre Terre, notre nature et notre cosmos intérieurs. Il y a là une forme de dépassement de soi, d’élargissement de la conscience, dont les prémisses peuvent être apprises à l’école quand, par exemple, on fait prendre conscience aux enfants d’une respiration commune. La classe devient alors le lieu emblématique où jaillissent toutes les sources. .

Pour en savoir plus : http://rye.free.fr

Partager cet article

Repost 0

Cours de conversation anglaise a prix reduit

Publié le par alphalearning

Profitez de cours de conversation anglaise à prix sacrifiés , disponibilités de dernières heures

données ici en ligne chaque semaine

 

A Alphalearning , 88 rue de provence  75009 Paris

mini-groupe 2 a 4 personnes niveau intermédiaire et avancé

pour la période du 10 au20 Novembre 2010  : 9,5 euros de l'heure au lieu de 19

 

vendredi  19 novembre entre 13 et 15H

lundi 22 novembre entre 9 H30 et 12H et entre 15H30 et 17H30

Mardi 23  novembre entre 13 et 15H

Mercredi 24 novembre entre 9H30 et 15H

jeudi 25 novembre entre  15H30 et 17H30

vendredi 26 novembre entre 13 et 15H

 

sur RDV au 01 40 82 98 41

Partager cet article

Repost 0

Cours de conversations en anglais à prix réduit

Publié le par alphalearning

Profitez de cours de conversation anglaise à prix sacrifiés , disponibilités de dernières heures

données ici en ligne chaque semaine

 

A Alphalearning , 88 rue de provence  75009 Paris

mini-groupe 2 a 4 personnes niveau intermédiaire

pour la période du 10 au20 Novembre 2010  : 9,5 euros de l'heure au lieu de 19

 

vendredi 12 entre 13 et 15H

lundi 15 entre 11 H30 et 14H30 et entre 15H30 et 17H30

Mardi 16 entre 13 et 15H

Mercredi 17 entre 9H30 et 15H

jeudi 18 entre 9H30 et 15H

vendredi 19 entre 13 et 15H

 

sur RDV au 01 40 82 98 41

Partager cet article

Repost 0

dictionnaire international et citations gratuit en ligne

Publié le par alphalearning

Ce dictionnaire international en ligne, accessible gratuitement, et offrant en un rien de temps, définitions, synonymes, conjugaisons et citations. La partie "dico" est proposée en 6 langues : français, anglais, allemand, italien, espagnol et grec.. Traduction en ligne egalement

http://www.les-dictionnaires.com/

Partager cet article

Repost 0