optimiser la memorisation pendant le sommeil grâce à l'odorat

Publié le par alphalearning

Le sommeil joue un grand rôle dans la mémorisation . On considère d'ailleurs généralement que c'est une réactivation inconsciente du contenu du souvenir pendant le sommeil qui est responsable de cette mise en mémoire. Des neurologues de Lübeck et Hambourg ont suivi cette piste et apporté la preuve, pour la première fois, que la réactivation d'un souvenir, pendant le sommeil profond, déclenchée par la présentation d'une odeur associée à cet événement, conduit à un stockage amélioré.

Pour cette étude, 18 personnes, hommes et femmes, ont mémorisé la place de couples d'images sur un écran  d'ordinateur (version informatique du jeu classique "Memory"). Pendant l'apprentissage, un parfum de rose a été diffusé, liant ainsi l'odeur à l'activité . La nuit suivante, pendant la phase de sommeil profond, le parfum de rose a de nouveau été diffusé. Après une exposition nocturne à l'odeur de rose, les personnes se souviennent beaucoup mieux des couples d'images visualisés pendant la journée: 97% des couples d'images retrouvés contre 86% après une nuit sans stimulation olfactive. D'autres études ont également montré que la stimulation olfactive n'est efficace que pendant le sommeil profond et que si une première exposition a eu lieu pendant l'exercice.

Cet effet a été particulièrement observé sur la mémoire déclarative, qui permet d'évoquer de façon consciente des souvenirs sous la forme de mots et pour laquelle l'hippocampe joue un rôle crucial. La mémoire procédurale qui sert à réaliser des opérations complexes souvent motrices (conduire une voiture, faire du vélo...) mais indépendante de l'hippocampe, ne se trouve pas consolidée par la stimulation olfactive. L'équipe a enfin confirmé ces résultats grâce à l'imagerie par résonnance magnétique fonctionnelle (IRMf): l'hippocampe est significativement activé en réponse à la superposition à une odeur pendant le sommeil profond.

  Source: BE Allemagne numéro 326 (15/03/2007) - Ambassade de France en Allemagne / ADIT

Commenter cet article